AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 RELIGION D'ETAT — l’hellénisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
grand gourou des pensées
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 06/03/2018
MessageSujet: RELIGION D'ETAT — l’hellénisme    Lun 16 Avr - 16:02


sommaire

LA RELIGION HELLENIQUE
généralités
la cosmogonie
perséphone, déesse protectrice de la cité

LES RITES
la prière
les offrandes
les sacrifices

LE SACERDOCE
les places libres
les hiéreis : prêtres et prêtresses
les néocores : assistants
les oracles
accéder à la prêtrise


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mais-taux-dique.forumactif.com
grand gourou des pensées
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 06/03/2018
MessageSujet: Re: RELIGION D'ETAT — l’hellénisme    Lun 16 Avr - 16:02

LA RELIGION HELLÉNIQUE
néopaganisme hellénique
L'hellénisme, désignée comme religion commune et d’Etat, régit les coulisses des décisions de l'Ecclésia, et tient donc une place extrêmement importante à Pétrichor.
En effet, la religion n'est pas l'affaire d'une croyance privée ; elle est avant tout publique et concerne la communauté, d'où ses implications importantes dans la sphère politique. Elle ne se cantonne pas à certaines aspects de la vie quotidienne, elle englobe tout et est partout. Il n’y pas de différence entre le domaine religieux et le profane : chaque moment de la vie peut être rythmé par un rite, une prière ou une pratique religieuse.


GÉNÉRALITÉS
La religion hellénique une religion polythéiste. Ses dieux sont nombreux et sont les personnifications d’une puissance topique ou de spécialités plus fonctionnelles. Les rites qui les honores correspondent à chaque circonstance de la vie. Le but essentiel de la religion est de maintenir la neutralité des dieux envers les hommes. En effet, ces dieux ont leur propre personnalité, et sont loin d’être parfaits. Leurs faveurs se gagnent donc par des sacrifices et la piété, sans garantie cependant puisque les Dieux sont réputés pour leurs fréquents changement d’humeur, et leur colère peut être tout aussi dangereuse que leur amour.

LA COSMOGONIE
Au commencement, était le chaos, un espace immense et ténébreux. Puis apparut gaia (la terre) et eros (l’amour) qui lui permis la formation des êtres et des choses.
Du chaos naquirent erèbe (les ténèbres) et nyx (la nuit noire), qui, en s'unissant, donnèrent à leur tour naissance à ether (le ciel supérieur) à héméra (le jour).
De son côté, gaia enfanta seule ouranos (le ciel couronné d'étoiles) puis ouréa (les hautes montagnes) et pontos (la mer). L'univers était ainsi constitué.
Afin de le peupler, gaia s'unit à son fils ouranos et la première race issue de leur union fut celle des titans. ils donnèrent ensuite naissance aux cyclopes puis aux hécatonchires. Ouranos ne considérait ses enfants qu'avec horreur et à leur naissance, il les enfermait dans les profondeurs de la terre.
Gaia conçu contre son époux une vengeance terrible. Elle fabriqua une faucille et instruisit ses enfants du projet qu'elle avait formé. Cronos s'offrit à seconder sa mère. Lorsque le soir fut arrivé, Ouranos, accompagné de nuit, vint, à son habitude, rejoindre son épouse. Tandis qu’il s'abandonnait au sommeil, Cronos mutila atrocement son père et jeta les sanglants débris dans mer. De la semence d’Ouranos naquit une jeune déesse, Aphrodite.
Ouranos réduit à l'impuissance, cronos libéra les titans et devint le chef de la nouvelle dynastie.
Cronos épousa sa soeur Rhéa, qui lui six enfants. Mais Cronos, renouvela le geste de son père Ouranos, engloutissant chacun des enfants qui lui naissaient sauf le dernier car Rhéa, sur les conseils de sa mère, se rendit en crète, et au fond d'une profonde caverne, elle mit au monde un fils : Zeus. Gaia recueillit le bébé Zeus et se chargea de l'élever. Ayant grandi, il tendit un piège à son père afin de libérer ses frères et sœurs.
Désormais, les dieux s'organisent essentiellement autour de Zeus, souverain de l'Olympe, qui a partagé le monde avec ses frères : à Hadès les enfers, à Poséidon la mer. Il répartit entre les olympiens tous les honneurs et inaugura un règne de paix et de justice.

PERSÉPHONE, DÉESSE PROTECTRICE DE PETRICHOR
Perséphone est une déesse, fille de la Terre nourricière et épouse du roi des enfers, Hadès. Elle concilie la représentation de la divinité de la Terre, avec l'idée de la richesse par l'efflorescence de tous les biens mais aussi celle de la mort qui les engloutit tous pour les restituer sous une forme nouvelle.
Elle exprime également les changement à l'approche de l'hiver puis ceux du printemps, puisqu'elle vit six mois sur terre et six mois dans les enfers.
Étant la déesse protectrice de la cité son culte est public, civique et revêt une dimension sociétale et politique.
Les célébrations en son honneur ont un caractère mystérieux. Les femmes y ont une grande place et lors de certaines fêtes, l'entrée de son temple est interdite aux hommes. On lui sacrifie des génisses stériles et de jeunes chiens noirs. Dans les funérailles, on lui offre une boucle des cheveux du mort, parce que, selon la croyance des anciens, un homme ne pouvait cesser de vivre que lorsque la déesse avait coupé le cheveu fatal.
Ses attributs sont la chauve-souris, la grenade et le narcisse.

(pour plus d'informations, voir la page wikipédia sur les mythes grecs.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mais-taux-dique.forumactif.com
grand gourou des pensées
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 06/03/2018
MessageSujet: Re: RELIGION D'ETAT — l’hellénisme    Lun 16 Avr - 16:02

les rites
servir les dieux à pétrichor
Dans l’hellénisme, ce sont les rites plus que la foi qui importent. Dans la vie quotidienne, la religion n'est pas distincte de la vie civile : c’est la piété (sentiment de respect pour les dieux, pour les pratiques de leur culte) qui consiste en un respect de l'ordre et donc de rites pour le perpétuer. Ses rîtes établis s’inscrivent dans les lois, dans le fonctionnement de la politique ainsi que dans le calendrier civique.
La multiplicité des dieux n’est pas un système complexe pour les Pétrichoriens. Le divin est présent partout, et ils rendent un culte aux dieux qui les concernent, en fonction du groupe auquel ils appartiennent : le culte privé des dieux du foyer, le culte public de leur cité et de ceux protecteurs de leur profession.


LA PRIERE
La prière requiert avant tout la pureté physique. En règle générale, on prie avant toute action rituelle.
La prière peut être une demande précise ou un simple appel à la divinité. Elle n'est jamais silencieuse : la requête est prononcée à voix haute. On prie au temple, debout pour se rapprocher de l'Olympe, main droite levée et paume dirigée vers la statue du Dieu.

LES OFFRANDES
Les offrandes peuvent être vues comme une forme de marchandage. La plupart du temps, cependant, les offrandes sont désintéressées, ou de simples marques de reconnaissance.
On offre de la nourriture, des objets précieux, ou des animaux. Elles peuvent se faire de façon individuelle ou collective.
Certaines offrandes, comme la liation sont cependant recommandées de manière régulière : offrande systématique de quelques gouttes d'un liquide que l'on va boire, gouttes qu'on laisse tomber au sol, sur la victime d'un sacrifice ou une autre offrande. La libation s'accomplit au moins trois fois par jour : au lever, au dîner et au coucher.

LES SACRIFICES
Les sacrifices pourrait être décrit comme une offrande, à la différence qu’une partie de ce que l'on consacre aux dieux est détruite et que la partie restante peut être consommée par les hommes. Les sacrifices peuvent être sanglants ou non (dans ce dernier cas, l'on sacrifie des plantes, de la nourriture). Le feu en est une composante essentielle : les dieux se nourrissent des fumées sacrificielles qui doivent monter jusqu'à l'Olympe.
Ils se déroulent ainsi : la purification par le lavage des mains ; un prière au cours de laquelle l'officiant rappelle ce que le dieu a déjà accompli pour lui. Ensuite le sacrifice proprement dit début : la tête de l'animal doit être tournée vers le ciel pour que le sang monte vers les dieux olympiens, on égorge la ou les bêtes, s’en suit un découpage très précis de la dépouille afin de séparer ce que l'on va consommer de ce qui revient aux dieux. On distribue ensuite ce qui revient aux dieux (la graisse et les os des cuisses) et ce qui revient aux hommes (viande et entrailles). Commence enfin le banquet et après avoir mangé, les convives boivent ensemble, sans avoir oublié les libations.
attention les sacrifices humains n'existent pas et n'ont jamais eu lieu.

(pour plus d'informations, vous pouvez vous rendre sur la page wikidipédia de la religion en grèce antique, mais sachez que nous avons simplifié au maximum).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mais-taux-dique.forumactif.com
grand gourou des pensées
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 06/03/2018
MessageSujet: Re: RELIGION D'ETAT — l’hellénisme    Lun 16 Avr - 16:02

le sacerdoce
servir au sanctuaire

L'importance de la religion dans la vie des citoyens de Pétrichor pousse souvent les parents à encourager au moins un de leurs enfants à embrasser le sacerdoce.


PLACES LIBRES
Les prêtres : 15/15 libres.
Les prêtresses : 15/15 libres.
Les néôcores : illimités.
L'oracle : 0/3 libre.

attention, le culte de Perséphone dont le temple se trouve au coeur de la ville n'est composé que de prêtresses. Les prêtres exerceront obligatoirement dans un temple du sanctuaire.

LES HIEREIS : LES PRÊTRESSES ET LES PRÊTRES
La prêtrises est une charge d’État, les prêtres sont donc des fonctionnaires. attention, la prêtrise est une charge vénale, ce qui signifie que cette fonction s'âchète, et que seul les plus riches (ou ceux qui ont économisé toute leur vie) ont les moyens d'obtenir ce rôle.
Ils ne sont investis de ses fonctions que lors des actes liturgiques, et non pas en dehors de ces moments. Il est donc fréquent qu’ils revêtent un deuxième emploi profane.
Dans les sacrifices qu’ils président, ils sont vêtus de blanc et la tête couronnée, ce sont eux qui consacrent la victime et prononcent la prière.
Les prêtres veillent de plus à la bonne tenue du sanctuaire et à sa propreté : balayage, nettoyage du temple, ornement des autels, entretien de la statue cultuelle.. Ces tâches sont le plus souvent accomplit par une d'aide, les néocores.
Les hiéreis sont chargés des choses sacrées, ils sont attachés à un sanctuaire précis, au service d'un dieu précis. Leur fonction essentielle est de veiller sur le bon déroulement des rites à accomplir, rites dont ils connaissent parfaitement tous les aspects et toutes les particularités.

LES NEOCORES : LES ASSISTANTS
Le néocore est chargé de veiller à la décoration et à la propreté des lieux saints. Il s’agit généralement de personnes aspirant à la prêtrise mais étant trop pauvre pour s’acheter une place et espérant pouvoir y accéder avec le temps. Il peut s’agir également d’adolescents poussés par leurs parents ou se cherchant une légitimité avant d’accéder à la prêtrise par l'achat d'une charge.

LES ORACLES
Une oracle est une prétresse chargée dénoncer les réponses des Dieux aux demandes des mortels. Les oracles sont incompréhensibles pour le commun des mortels, et doivent être interprétés par des prêtres qualifiés, présents à la consultation, qui remettent ensuite au consultant une réponse écrite. L'oracle est une jeune fille vierge dont le service commence à ses quinze ans et se termine à sa majorité. Elle intervient parfois dans les discussions importantes de l'Ecclésia. Après la fin de ses fonctions elle devient généralement prêtresse.

ACCÉDER A LA PRÊTRISE
Les prêtres, sont nommés à vie ou pour un temps limité. Ils ont un statut social élevé et sont entourés de considération et de marques d'honneur. Une part des bêtes sacrifiées et une part des offrandes non sanglantes déposées sur les tables d'offrande leur reviennent et la peau des bêtes leur est réservée. Leurs revenus dépendent donc de l'importance des sanctuaires, et il n’est pas rare qu’il occupe un second emploi dans le profane.
Il est possible aussi d'accéder à la prêtrise en achetant à la cité le sacerdoce d'une divinité. La vente des prêtrises apporte des sommes importantes à la cité.
A côté de ces prêtrises temporaires, des prêtrises à vie appartiennent à de vieilles familles qui détiennent le monopole de certains cultes. A Pétrichor, une famille aristocratique, les Thérapéia, se partage majoritairement les sacerdoces de Perséphone (voir l'annexe des gangs et mafia).
Pour être prêtre, il n'est pas besoin de vocation spéciale ni de compétence particulière ; il suffit d'être citoyen de naissance, de n'avoir pas été frappé d'atimie (privation des droits civils et politiques) et d'être sans tares physiques. Le prêtre doit seulement s'informer des rites à observer et respecter les règles générales et particulières de pureté requise dans le sanctuaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mais-taux-dique.forumactif.com

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: RELIGION D'ETAT — l’hellénisme    

Revenir en haut Aller en bas
 

RELIGION D'ETAT — l’hellénisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Etat d'esprit
» Etat du Nabaztag
» Qu’est-ce que la religion averroïste ?
» UterPendragon, Chanoine Consultant en religion
» 01/09 au 31/10: Etat-Major Warhammer Battle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
blop :: AVANT LE CHAOS :: genèse des choses :: le glossaire-